La chasse et les chasseurs...  être chasseur



Si pour certains la chasse a quelque chose d’anachronique ou plus simplement de mystérieux, rappelons-nous tout de même que depuis que l’homme est sur cette terre, il chasse ! D’abord pour se nourrir, puis très vite, dès lors qu’il a commencé à cultiver la terre et domestiquer les animaux, pour son simple plaisir ! Et ce n’est pas d’hier puisque les débuts de l’agriculture et de la domestication datent de la moitié du néolithique. Autrement dit voilà plusieurs millénaires que des hommes et des femmes, un peu partout dans le monde, continuent à chasser pour leur simple plaisir.



1949, on posait devant le photographe, à l'heure du casse-croûte...



Chasser, c’est non seulement aimer la nature, mais c’est aussi et surtout ressentir au fond de soi le besoin inextinguible de s’y intégrer comme acteur, d’y jouer la partition de prédateur doué de raison et donc d’empathie envers sa proie. Peut-être est ce ce qui nous sépare de nos amis naturalistes, qui eux n’éprouvent pas le besoin de la « capture » pourtant inné au monde animal, mais se veulent spectateurs d’un monde dont ils se sont extraits. Ces hommes et ces femmes qui chassent sont heureux de ce qu’ils font, et fiers de perpétuer une culture profondément universelle. Dans une société devenue à majorité urbaine, où les repères au sauvage se sont floutés, où la nature est vécue par intermédiaire, la chasse offre un « divertissement » au sens étymologique du terme, à savoir une abstraction temporaire du quotidien, un moment de rêve éveillé en quelque sorte.

Alors oui nous sommes heureux d’être chasseurs, prenons plaisir à nous lever avant le soleil pour affronter les rigueurs de l’hiver, ne craignons ni la pluie ni le vent et restons ébahis de bonheur en lissant les plumes d’une bécasse tuée à l’arrêt du chien.


 

C'était la SAISON 2017 des associations :


 

Nous contacter...

Merci de nous faire part de vos remarques :

 

Note : veuillez remplir les champs marqués d'un *.