L'alambic. (1949)

Sur la « Place des Bains », jusqu’au début des années 60, on installait successivement deux alambics destinés à la distillation de la lavande puis de la drache (restes de la fermentation du raisin). En août, l’essence de la lavande durement cueillie dans des terrains escarpés était une source de revenus non négligeable. Quant aux dames, elles récupéraient l’eau qui s’échappait de l’alambic et gardaient quelques centilitres d’essence pour un usage domestique. Puis, après les vendanges de septembre, la distillation de la drache permettait d’obtenir la gnôle, eau de vie dont les hommes dégustaient quelques petits verres dès sa sortie de l’alambic. Et les enfants n’étaient pas en reste, qui s’amusaient follement sur les tas de tourteaux (déchets de la distillation.

The Distillery. (1949)

Right up until the 1960’s, the Place des Bains saw the successive arrival of two mobile stills, one in August for the lavender and one in November for the marc (remains of grapes after pressing). People would call by to get a supply of lavender water and / or taste the gnole (say nyoll, it means hooch!). And of course the kids played around the heaps of tourteaux (residue from distillation).

 

 

 

C'était la SAISON 2017 des associations :


 

Nous contacter...

Merci de nous faire part de vos remarques :

 

Note : veuillez remplir les champs marqués d'un *.